Le programme d’échange Episode VI – Le départ et la merde que ça engendre

Un mois s’est écoulé entre le précédent article et celui-ci, c’est le moment de préparer ses valises pour le départ.

Et faire ses valises, c’est vraiment tout un programme !

Tout d’abord il faut savoir que tu peux pas prendre n’importe quelle valise, déjà,  il faut respecter la taille et la limite de poids imposée.

Et après avoir rempli ces conditions, tu dois penser à toutes les choses potentiellement dangereuses pour la sécurité nationale,  comme une bouteille d’eau, ou une lime à ongle.

Tu réalises également que tu ne pourras pas emmener certains de tes chargeurs pour la simple et bonne raison que les Etats-Unis tournent aux 110 volts. Tu vas apprécier de passer 5 mois sans sèche-cheveux, surtout quand il va faire -20 dehors !

Evidemment, quand on prend l’avion, faut quand même se pointer à l’aéroport quelques heures avant le départ, donc il est recommandé d’être sur Paris la veille, pour être sûr.

Et se lever à 6 heures pour prendre un vol qui part à 11, pour être sûr.

Si comme moi, pendant l’enregistrement en ligne du billet vous avez donné votre numéro de téléphone à la compagnie aérienne que vous avez choisi, bon courage.

Non seulement tu es stressée par le départ, mais en plus tu reçois un SMS à 3 heure du matin pour te dire que ton avion aura du retard.

Puis un autre à 4, pour te dire qu’il aura encore ½ heure de retard

Puis encore un autre à 5, parce-que finalement, un peu plus un peu moins…

Arrivée à l’aéroport, avec tout de même de l’espoir, parce-qu’on sait jamais, tu te rends compte que le seul avion avec 1 heure et demi de retard, C’EST LE TIENS HAHAHA.

Evidemment, vu que ton avion est en retard, tu vas rater ta correspondance à Chicago, donc tu es mise sur un autre vol qui te fait arriver 4 heures après l’horaire prévu.

Ce séjour d’étude commence bieeeeen.

Mais heureusement tu ne voyage pas seule. Ça fait un soutiens moral, c’est déjà ça.

Après quelques heures d’attente à l’aéroport nous décidons finalement de passer la sécurité pour entrer en salle d’embarquement.

Enlevage de ceinture, vidage de sac pour mettre tous les objets électronique/métalliques et autres dans les bacs, et évidemment, interdiction formelle d’avoir un liquide quelconque sur soit (eau/crème, etc.)

Et c’est parti pour 9 heures de vol en direction de Chicago, ce qui est tout de même relativement long, il faut se l’avouer. Tu t’ennuies, tu as froid, tu regardes deux film et mange un genre de sandwich à la dinde avec en guise de pain un genre bretzel, tu remplis le papier de la douane pour dire que non, tu n’amènes rien d’illégal sur le sol Américain, et tu arrives enfin à Chicago.

C’est là que l’aventure commence vraiment, quand tu sors de l’avion et que tu ne sais absolument pas où aller. Finalement, il vous vient, à toi et ta camarade de voyage, la merveilleuse idée de lire les panneaux/demander aux gens, et vous vous retrouvez dans la file d’attente pour passer à l’immigration.

File qui dureras finalement DEUX HEURES pour finalement qu’on te demande combien de temps vous restez, ce que tu fais. Deux heures d’attente pour 30 secondes de discussion.

Comme une impression de déjà-vu, pas vous ?

Passé l’immigration, il faut retrouver ta valise, mais étant donné que tu as passé 2 heures dans la file d’attente, elle a déjà été enlevée du tapis roulant.

Tu demandes à une personne, qui demande à une autre personne, qui trouve les valises.

VICTOIRE !

Heureusement que ton prochain vol est dans maintenant 2 heures, ça laisse au moins le temps de trouver le bon terminal dans ce que labyrinthe qu’est l’aéroport de Chicago.

Arrivée à la sécurité, les choses ne s’arrangent… pas vraiment.

Non seulement tu dois encore vider tes sacs, la routine quoi, mais la sécurité américaine à sa petite spécialité locale : tu dois enlever tes chaussures et être passée au rayon X…

Paranoïa bonjour !

Arrivée en salle d’embarquement, tu peux enfin t’assoir et laisser la fatigue t’attraper sauvagement par la gorge pour te dire « bonjour, il est minuit en France, dort ! »

Ce qui tu finiras par faire dans le minuscule avion t’amenant à Kansas City, et ce, même si ton siège est juste à côté des moteurs.

Enfin tu arrives à Kansas City, avec 4h de retard sur le programme, et éveillée depuis plus de 23 heures.

La journée de voyage se termine, les lits de l’hôtel sont semblables à des nuages.

Il reste encore 3 heures de route à faire avant d’arriver à la fac.

Laissez-moi mourir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s