Le programme d’échange Episode IX – Thanksgiving et l’ultime voyage

Le temps passe, les cours, les contrôles et les soirées de club se suivent sans grands événements particuliers, Tu passes un Week-end à Chicago, tu bouffes chinois tous les 3 jours…. Puis arrive à la mi-novembre cette fête typiquement américaine que tu vas enfin pouvoir célébrer comme il se doit : Thanksgiving, ou fête de la bouffe, d’après les américains.

En grande chanceuse que tu es, tes relations te permettent d’aller chez quelqu’un pour Thanksgiving et donc de ne pas être complètement à la rue par -5°C pendant une semaine.

Joie !

C’est après 4 heures de route que nous arrivons à Ozark, petite ville du Missouri à côté de Springfield, pour célébrer Thanksgiving dans une famille typiquement américaine, qui t’accueille en te faisant un câlin, qui te dit de faire comme chez toi en t’indiquant où est le garde-manger et qui te pose plein de questions sur ton pays.

Et qui disent les bénédicités avant de manger, aussi.

Typiquement américaine, oui.

Autant vous dire que se lever le dimanche matin pour aller à la messe est… Étrange. Surtout quand y a de la moquette et une salle de sport dans l’église et que tout le monde sauf toi connait les paroles des chansons à la gloire de Jésus.

Après la messe, c’est premier repas de Thanksgiving chez une partie de la famille, ou tu y retrouves  les oncles et cousin de tes hôtes pour jouer à la version américaine de Destin (celle où tu peux attaquer les gens en justice) tout en grignotant des petites carottes et des fruits trempés dans de la sauce au caramel.

C’était un apéro TRES improbable.

Arrivent les DEUX dindes et les 5 plats d’accompagnement.

On y trouve de tout, du maïs, de la purée, des haricots verts, de la gelée, de la sauce, un gratin. Effectivement, y a beaucoup à manger, mais sans les gâteaux apéro auxquels tu es habituées, ben… c’est pas tant que ça, finalement.

La semaine passe relativement calmement, on sort, on va voir des marchés, on va visiter le magasin de chasse.

On célèbre un DEUXIÈME Thanksgiving où on tire avec la carabine à plombs dans le jardin.

‘MURICA !

Tu décides de faire des crêpes pour tout le monde, sauf que les poêles à crêpes n’existent pas aux US, donc tu les fais dans une poêle pas à crêpe et  tu te lattes le poignet tellement c’est lourd.

Et tout d’un coup tu te rappelles que tu avais des traductions à envoyer à ta fac en France en plus de tes deux papiers de recherches pour tes cours aux US.

¡Mierda!

Après être rentrée de Thanksgiving en ayant quelque peu bossé ton premier dossier d’espagnol, il est temps de vraiment te remettre dans le bain. Les deadlines approchent, les examens aussi, et il va falloir gérer les révisions pour les quizz, la dernières semaine de cours, les traductions pour ta fac en France, tes deux papiers d’espagnol et ta présentation.

Autant vous dire que pour ça, la bibliothèque a été salvatrice.

Pourquoi rester dans une chambre glaciale alors que la bibliothèque est ouverte jusqu’à 1 heure du matin, que là-bas il y a un café et que si tu veux manger, tu n’as pas besoin de sortir par -3°C pour aller à la cafét’ ?

Mais tandis que tu écris tes dossiers, tu te rends compte que ton départ approche.

Tu te dis qu’il serait peut-être temps de trouver un moyen d’aller à l’aéroport, parce-que pour l’instant, tes seules options sont le stop (laisse tomber….) ou prendre un bus jusqu’à Columbia, pour aller prendre un autre bus pour aller à l’aéroport.

Pas vraiment tentée par cette option là non plus, bizarrement.

Heureusement, les soirées socialisation m’ont servi à quelque chose, puisque deux semaines avant le départ, Je découvre qu’un amis du club d’animé habite à Kansas City et peut t’amener à l’aéroport.

VICTOIRE !

Malheureusement, l’approche du départ marque aussi les dernières soirées de club et donc la séparation avec des gens cool.

La dernière réunion du club de jeux-vidéo c’est terminé dans les larmes et le chocolat.

Quant au club d’animé, il restait encore une réunion, où, comme à l’accoutumée, tu te pointes dans ton costume de Salamèche, ainsi qu’une soirée de noël, avec au programme bouffe et échange de cadeaux. Donc pas trop de fontaine pour la dernière réunion.

C’est pendant la soirée de noël d’ailleurs qu’est arrivée une coïncidence assez drôle. En effet, le principe de notre échange de cadeau était « tu pioches au milieu ou tu piques le cadeau de quelqu’un et donc les autres peuvent aussi te piquer ton cadeau ». Ayant déjà pris un cadeau au milieu, j’attendais de voir si quelqu’un avait un cadeau intéressant ou pas, quand pile à ce moment-là, on a décidé de me prendre mon cadeau, me forçant à en prendre un autre dans la pile. J’ouvre le cadeau et découvre… Un bonnet de Dracaufeu !

Autant vous dire que c’était la liesse, tout le monde riais de l’incroyable hasard qui a fait que j’ai récupéré l’évolution de Salamèche.

Je suis maintenant un Pokémon de niveau 36. C’est bon à savoir !

C’est à la fin de la soirée, au moment de partir, que les fontaines sont arrivées. Nous nous sommes donc tous retrouvés à faire un câlin groupé à 1 heure du matin devant le bâtiment de business par -10°C. Nous avons encore discuté pendant une bonne vingtaine de minutes malgré le froid, jusqu’à ce que la présidente du club revienne de son travail et décide de refaire un câlin groupé.

C’est ainsi que c’est terminé la dernière semaine de cours, dans les rires, les larmes et le froid !

La redouté semaine d’examen commence.

Enfin… « Semaine »…

Les examens sont quand même bien plus relax qu’en France : tu as pas à te pointer 20 minutes à l’avance, tu peux garder ton sac à dos et ton manteau à côté de toi, pas besoin de convocation, et surtout tu en as que quatre !

Ce qui te laisse parfaitement le temps pour terminer ton dernier dossier d’espagnol sur la Destiné Manifeste et l’impérialisme américain. Ce qui implique d’encore passer tes journées à la bibliothèque à lire des livres sur l’histoire et la religion et sur les pays sud-américains.

Tu prends ton papier à ton professeur à la date prévu (un jour avant la fin des cours), il reste parler avec toi, parce-que t’es la seule européenne de la classe et donc il aimait bien ton avis, et à la fin de la discussion te dit «  au semestre prochain ! »

Et là tu dois lui expliquer que non, pas « au semestre prochain ! »

C’est alors qu’il se lève pour te faire un câlin.

Les profs sont VRAIMENT très différents aux Etats-Unis. En tout cas recevoir un câlin d’un militaire prof d’histoire Colombien de 50 ans est assez particulier.

Au moins c’est une anecdote que je pourrais raconter dans les diners mondains !

Heureusement, tu as passé ton dernier examen le jour où tu as rendu ton dossier, donc tu consacres toute ta dernière journée à faire ta valise. Tu la remplis, tu te rends compte que tu as oublié des trucs, donc tu bourres tout jusqu’à ce que ça rentre et tu la fermes en t’asseyant dessus et tu pries pour qu’elle soit pas au-dessus de la limite de poids.

Le lendemain, après une nuit assez courte, tu te réveilles à 7h30 pour finir de vider ta chambre pour faire l’état des lieux et direction Kansas City.

Après 3 heures de routes à écouter des musiques d’animé (et c’était même pas moi qui ai mis l’ending de Free ! sur la playlist), nous arrivons à l’aéroport sans trop s’être perdu et avec 2 heures d’avance sur l’heure de départ !

Arrive le moment de peser la valise. Le suspense est à son comble.

Le cri poussé après avoir vu qu’elle était en dessous de la limite pouvait être entendu jusqu’au fin fond du grand nord Canadien.

Tu retrouves ton mini-avion préféré pour le voyage jusqu’à Chicago, jusque-là tout va bien, mais avec moins d’une heure de battement pour pouvoir prendre ton autre avion, le stress monte un peu quand même. Surtout quand tu vois l’avion se rapprocher de Chicago… Et remonter au-dessus des nuages.

A ce moment-là tu commences quand même à prier tous les dieux possibles pour que l’avion ATTERRISSE !!

Tu atterris avec 20 minutes de retard, le temps qu’ils de redonnent ta valise, 25. Il te reste juste 20 minutes pour récupérer ta valise et changer de terminal et embarquer, la catastrophe.

Sur le moment, tu aurais bien tué la femme qui t’as dit «  oh, une heure, c’est large », mais tu es trop occupée à cracher tes poumons et à suer tous les liquides de ton corps entre les Terminaux 1 et 2 de O’Hare pour aller chercher ta valise et penser « PUTAIN J’AI PLUS QUE 20 MINUTES AVANT LA FIN DE L’EMBARQUEMENT JE VAIS JAMAIS AVOIR CET AVION !!!! » pour t’y attarder.

Arrivée aux retrait des bagages, pas de valise, pas le temps d’attendre plus, tu arrives au point où c’est la valise ou toi, et à choisir, autant que ce soit toi.

La panique monte, tu cours, tu pleures, le monsieur de la sécurité de demande si ça va, tu lui réponds non.

Tu passes la sécurité en quatrième vitesse et tu reprends ta course vers ta porte d’embarquement.

Tu arrives 3 minutes avant la fermeture des portes sous le regard compatissant du personnel naviguant.

Tu peux ENFIN te poser et faire sécher tes vêtements et tes larmes.

Ton avion partira finalement avec 40 minutes de retard à cause d’un problème moteur.

C’était bien utile de brûler tes poumons, tiens !

Les 9 heures de vol se passent sans encombre, tu dors 3 heures et tu te réveilles juste avant que l’avion ne se pose.

Mais ne crois pas que tu vas pouvoir débarquer ! Ben non !

A cause du retard au départ, un autre avion a pris ta porte d’embarquement et tu dois encore attendre 20 minutes avant de pouvoir embrasser le sol Français.

Tu sors de l’avion, et te diriges vers le retrait des bagages, en espérant par miracle voir ta valise arriver sur le tourniquet.

Et le miracle de Noël arrive, ta valise est là, victoire pour le peuple !

Il ne te reste plus qu’à rentrer chez toi…

En Bretagne…

A 5 heures de route de Paris…

Le point positif est qu’en chemin tu peux t’arrêter pour manger du vrai pain et du vrai fromage.

ENFIN !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s