Haikyu!! – Volleyball et métaphores aviaires

Comme vous le savez, depuis que j’ai vu Free!, je me suis prise d’un certain intérêt pour les animés de sports, ce qui, bien évidemment, m’a incité à en bouffer une certaine quantité (il me reste 50 épisodes de Kuroko no Basket, en attendant l’arrivée de Yuri on Ice, parce que j’ai pas de vie).

Un jour où je n’avais pas grand chose à faire (et par cela entendez  «J’avais des devoirs à faire mais je procrastinais très fort »), j’ai décidé de me lancer dans cet animé que je voyais souvent passer sur Tumblr et qui m’intriguait depuis un certain temps déjà :

C’est donc comme ça que j’ai décidé de regarder Haikyu!!

Trois jours plus tard, j’avais déjà rattrapé la totalité des épisodes sortis, soit 32 à ce moment-là.

Et c’est ainsi que ma vie est partie en sucette (du moins si c’est encore possible).

Je dors Haikyu!!, je mange Haikyu!!, je VIE Haikyu!!

Haikyu!!, c’est toute la puissance d’un shōnen en termes d’action épique et d’excellents personnages, le tout concentré dans un animé de volleyball où tous les trois épisodes vous vous prendrez à hurler devant votre écran comme un véritable supporter.

C’est un comble, pour une personne comme moi, qui déteste le volley depuis ces maudits cours d’EPS au collège (vous savez très bien de quoi je veux parler).

Mais Haikyu!! est différent, Haikyu!! est beau, Haikyu!! est soyeux.

Haikyu!! m’a soigné de mon addiction à Free!

Certes, maintenant je me retrouve avec une addiction à Haikyu!!, mais on peut pas tout avoir.

Tout comme tout animé de sport, il se passe constamment quelque chose de cool, que ce soit un retournement de situation inattendu causé par un adversaire ou une nouvelle technique mise au point par nos héros qui fonctionnent pendant un match, tout reste frais et dynamique.

Même les répliques parfois peuvent vous faire hurler, vu le niveau de tacle utilisé.

Mais c’est surtout par sa simplicité que brille réellement Haikyu!!

La série réussit à être complètement épique et le fait avec un certain réalisme que d’autres animés n’ont pas (Kuroba et Prince of tennis, c’est de vous que je parle).

Ici, pas d’effet spéciaux à base de tornade pour finir avec un service lancé à partir de la stratosphère, pas de passes à la limite du hadoken, juste des gamins super attachants qui jouent au volley et qui sont à 200%.

C’est « juste » du volley, ni plus ni moins, et t’es COMPLÈTEMENT À FOND devant ton écran.

Ce qui est plutôt bien aidé par une animation particulièrement fine lors des matchs.

Délectable.

  • L’HISTOIRE

Mais évitons de nous appesantir d’avantage sur mon amour absolu pour cette série et parlons un peu de l’histoire :

Hinata Shōyō, rayon de soleil d’1m63, après avoir assisté par hasard à un match de volley où le meilleur joueur de l’équipe, le « petit géant » fait sa taille, décide que le volley c’est trop bien et donc veux devenir le nouveau « petit géant », sauf que son collège n’a pas de club, donc il en fonde un à l’arrache avec des mecs d’autres club et se fait éclater lors de son premier match par ses adversaire et notamment un certain Kageyama Tobio, passeur de génie, qu’il jure de vaincre une fois arrivé au lycée.

Seulement voilà, arrivé au lycée Karasuno (le lycée des corbeaux, d’où la métaphore aviaire), par un concours de circonstances, ils se retrouvent dans la même équipe et devront coopérer pour rendre à leur équipe sa gloire passée.

L’animé nous raconte donc l’histoire de cet étrange couple duo, qui malgré ses différends, deviendra l’arme la plus redoutable de Karasuno, ainsi que de l’ascension de l’équipe du statut de « On est pas terribles mais motivés » à « On va vous BOUFFER VIVANTS ».

Capture plein écran 04062016 011039.bmp

[PACIFIC RIM THEME PLAYING IN THE DISTANCE]

Un animé de sport standard, en somme.

  • LES PERSONNAGES

Haikyu!! possède une flopée de personnages tous plus uniques les uns que les autres.

Et quand je dis « flopée » c’est VRAIMENT une flopée.

Outre les 12+ personnages de l’équipe principale, chaque équipe rencontrée à ses propres joueurs (qui ont chacun un nom), avec leurs propres histoires et motivations (parce qu’il y a toujours des histoires de motivation et de « jouer au volley est le sens de ma vie », dans les animés de sports). Je ne pense pas trop m’avancer en disant qu’on doit s’approcher des 40 personnages.

Le pire, c’est qu’ils sont tous attachants.

TOUS.

Leur enthousiasme est si communicatif qu’on s’attache vite à ces adorables poussins.

Il est très compliqué pour moi de vous dire quel est mon personnage préféré.

Cependant, cette quantité impressionnante de personnages super attachants est un avantage autant qu’un « inconvénient », car il devient assez compliqué de soutenir l’équipe principale de l’anime quand les adversaires se retrouvent à faire un flashback dramatique en plein match (comme dans tous animés de sport, en fait).

Ne sachant qui encourager, nombre de fans ont sombré dans la folie avant la fin de la saison 2.

Mais dans la vie, il faut savoir faire des choix, et donc pour cet article, je vais simplement me contenter de présenter l’équipe principale, Karasuno (et encore, pas tout le monde parce qu’ils sont douze, quoi, donc juste ceux sur lesquels j’ai le ressenti le plus fort.)

Mais gardez bien à l’esprit que certains personnages d’autres équipes restent TRÈS IMPORTANTS à l’histoire.

Commençons par le personnage principal (il est facile à reconnaître en plus, c’est le seul roux), Hinata.

Une seconde avant qu’il ne se prenne la balle dans la tronche

Cet enfant est un rayon de soleil (c’est même écrit dans son nom), toujours enthousiaste et motivé, il est prêt à tout pour l’amour du volleyball. C’est bien simple, il est tellement choupinou qu’il arrive à se faire des amis sans même y faire attention (c’est peut-être pour ça que les fans le mettent en couple avec 90% des protagonistes de la série…). Il est rapide, endurant, mais malheureusement pour lui, pas très bon au volley.

Mais c’est bien pour l’aider que Kageyama est là.

Look at this cute piece of pie !

Look at this cute piece of pie!

Kageyama aurait pu être le type « trop-cool-qui-fait-tout-le-temps-la-gueule-et-qui-est-en-colère-en-permanence», et en fait… c’est un gros boulet. Il est cool, il est parfois en colère, mais c’est juste un gamin trop doué pour son bien et qui a la malchance d’être socialement inadapté. Il a un visage un peu effrayant, exprime mal sa pensée et parait prétentieux et autoritaire alors qu’il veut juste qu’on l’aime. Et parfois il n’écoute pas les autres parce qu’il pense à son dîner.

Il est tout aussi idiot que les autres, et ça c’est beau.

Restons un instant sur les secondes pour parler du plus grand (littéralement et figurativement, pour certains) d’entre tous, Tsukishima.

Look at this glorious asshole

This glorious asshole

Tsukishima est une grande frite d’1m88 constituée à 50% de sel et 50% de sarcasme. Il est en permanence blasé par tout et tout le monde. C’est un peu l’incarnation du spectateur qui connaît déjà les clichés des animés de sport et qui n’a pas le temps pour ces conneries. Il a l’impression d’être le seul type saint d’esprit et intelligent dans ce club de fou, ce qui donne un contraste assez drôle.

GOD DAMNIT, TSUKKI !

GOD DAMNIT, TSUKKI!

Parmi les premières, celui qui se démarque le plus est Nishinoya, ou Noya, pour faire court.

Un peu comme lui, en fait.

100% badass concentré

100% badass concentré

Nishinoya, petit Libéro d’1m59, il est tellement classieux et doué qu’il est surnommé le « Dieu gardien de Karasuno », il rattrape quasi TOUTES LES BALLES et être complimenté par lui sur une réception est susceptible d’être la plus grande consécration de ta vie. Il est aussi excité que Hinata, sauf qu’il a l’avantage d’être un PUR BADASS.

Noya est notre maître à tous.

Mais trêve de bavardage sur Noya (car les mots ne peuvent décrire la classe de cet enfant), passons maintenant aux terminales.

Tout d’abord nous avons les parents capitaines de l’équipe, Daichi et Suga.

Oui, je les présente en même temps parce qu’ils sont indissociables.

Mom and Dad are really getting tired of your shit

Mom and Dad are really getting tired of your shit

Leur boulot consiste principalement à faire en sorte que les autres membres de l’équipe ne fassent pas de la merde en permanence.

"Je vais te manger toi et toute ta famille"

« Je vais te manger toi et toute ta famille »

Daichi peut paraître assez banal aux premiers abords, mais il a de grands moments de classe (et de connerie aussi). Il faut également éviter de l’énerver, au risque de retrouver tes morceaux trois jours plus tard dans un canal.

Quant à Suga, c’est un vice-capitaine serviable et attentionné, ainsi qu’un léger troll. Et il aime aussi frapper affectueusement les joueurs.

Capture plein écran 02062016 203621.bmp

Rien de tel qu’une VIOLENTE ATTAQUE DANS LES CÔTES pour remonter le moral d’un co-équipier !

Suga, c’est un peu l’ami « maman » du groupe, vous savez, celui qui fait toujours attention à ce que les autres ne trébuchent pas sur les trottoirs et regardent avant de traverser.

Oui, c’est du vécu, oui.

Et enfin, pour en finir avec ces interminables présentations, nous avons Asahi, champion de l’équipe, nounours d’1m84.

#ProtégezAsahi2016

#ProtégezAsahi2016

Il fait légèrement flipper les gens à cause des cheveux longs et du bouc, mais ce garçon est fait à 95% de guimauve. Il est tout mou, tout fondant, et il irait très bien avec du chocolat. Il faut pas être méchant avec lui, il est sensible, et va peut-être pleurer, on sait pas, mais peut-être.

  • LA PIECE

Follement emportée par mon amour pour Haikyu!!, vous pensez bien que j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai appris qu’ils avaient monté une pièce de théâtre dessus.

Car oui, comme tout excellent anime qui se respecte et grâce à son succès retentissant, Haikyu!! a eu droit à sa propre pièce de théâtre, tout comme Prince of Tennis et Naruto avant lui (et BleachOne PieceKuroko no BasketNoragami…).

Parce que l’argent des fans est délicieux.

Et là vous devez vous dire « Une pièce sur un animé de volley ? Ça doit être méchamment kitsch, quand même ».

Et vous avez complètement raison.

C’est super kitsch.

Capture plein écran 27052016 194141

Tout le monde est si fabuleux

Oikawa, la reine des neiges

Oikawa, la reine des neiges

Mais c’est aussi SUPER BIEN FOUTU.

Non seulement le casting est carrément exemplaire, mais la mise en scène est carrément CANON.

Pour illustrer les matchs, ils ont créé tout un système de projection, de scène inclinée PIVOTANTE et de jeux de lumière.

Si c’est pas super classe, je sais pas ce qu’il vous faut !

Les simples mots ne peuvent exprimer la hype que me donne cette pièce.

En conclusion, Haikyu!! est un animé dans lequel je me suis lancée sans grandes convictions, juste parce que je me faisais chier, en fait, et qui a fini par me faire aimer le volley, ce qui, en matière de miracle, s’approche de l’immaculée conception.

J’en suis à mon quatrième visionnage de l’animé, septième de la pièce, et j’ai déjà converti deux personnes.

Le monde doit savoir.

Publicités

2 réflexions sur “Haikyu!! – Volleyball et métaphores aviaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s