Le programme d’échange Episode V – La visite à l’ambassade

La dernière fois qu’on s’est quittés, on en était à notre second dossier d’inscription, mais croyez pas qu’on en a fini avec le visa !

Une fois que tous tes papiers pour ton visa sont prêts, y a plus qu’à se pointer à l’ambassade pour qu’ils puissent enfin vérifier que tu vas pas immigrer illégalement dans leur pays.

Enfin, avant, comme je vous l’ai expliqué, il faut payer les 14$ pour prendre le rendez-vous obligatoire. Et après il faut y aller quoi…

Et évidemment l’ambassade est à 500km de chez toi, donc t’es bonne pour un allez-retour pour Paris.

Le bonheur de se lever à 6h du matin pour aller dans une ville que tu n’aimes pas.  Je vous passe les détails du voyage, je pense que vous avez déjà pris l’autoroute.

Arrivé à Paris, ton premier objectif est de NE PAS FAIRE DE CRISE CARDIAQUE sur le périphérique (disclaimer : ce n’était pas moi qui conduisait), pour ceux qui ont la chance de ne pas connaitre le périphérique, imaginez Mordor, mais en pire.

Le périphérique parisien est un endroit où règne la loi du plus fort, où le respect n’existe plus et où le temps accélère son cours pour faire en sorte que 1h en temps réel soit pour toi 5 minutes en temps périphérique.

Une fois sorti de l’ENFER, il faut maintenant trouver 1 : une place de parking, 2 : de quoi te nourrir pour éviter de décéder.

Heureusement que la salade à 17€ est là pour te sauver. Pour accompagner ça, un demi-litre d’Evian à 6 €.

Fabuleux !

Une fois arrivés à l’ambassade, n’oubliez pas de sortir votre passeport et votre mandat-compte pour que les messieurs de la sécurité vous laisse entrer.

Une fois passé ce premier check-point, vous aurez droit au détecteur de métaux, au cas où vous soyez armés d’une pièce de 20 centimes.

Mais au final, même si tu y vas les mains dans les poches, il y a toujours un détail auquel tu n’as pas pensé : Tu te retrouves à enlever ta ceinture… Ben oui, sinon ça sonne quand tu passes le détecteur. Autant vous dire que les téléphones ou autres trucs dangereux sont interdit dans l’ambassade, donc allez-y les mains dans les poches, c’est plus prudent.

Et enfin tu entres dans l’ambassade.

Youpi, tralala.

Tu prends un ticket à la borne, parce-que si t’as pas de numéro, ils vont pas t’appeler et tu attends parmi la dizaine d’autre gens dans un grand hall avec des chaises, sous le regard bienveillant de Président Obama.

Ton numéro apparait enfin à l’écran et arrive le moment fatidique où tu dois rencontrer quelqu’un qui va vérifier que tes papiers sont en ordre.

Tu te rends compte que tu n’avais pas du tout besoin des 14 différents justificatifs sur ta vie, mais juste ton passeport, ton DS2019, une photo et tes justificatifs de paiement…

Effectivement, ça veut bien dire que tu t’es faite chier pour rien, oui.

Donc, tu donnes tes papiers au mec, etc…

Et là, c’est le drame :

  • On ne prend pas les photos sur fond bleu, vous en avez pas une autre ?
  • Euhm… Non ?
  • Bon, vous n’avez pas 5 euros pour en prendre une ?
  • Euhm… Non…

Tu demandes si éventuellement tu peux ressortir pour aller chercher de l’argent, il répond pas et te demande de poser des doigts sur le boitier pour prendre tes empreintes, te laissant tranquillement nager dans tes sueurs froides.

Il finit de consulter des trucs sur son ordinateur et fini par te rendre tes papiers et te dit de retourner attendre, évidemment sans te préciser si tu dois reprendre une photo ou pas, donc tu dois redemander. Heureusement pour toi, les 3 jours que tu as passé à essayer de mettre la photo dans le dossier de demande en ligne ont payés et ton dossier est sauvé grâce à ça.

Merci pour le coup de pression surtout !

Donc tu retournes attendre.

Ton numéro est de nouveau appelé et tu vas échanger 3 mots en anglais avec une autre personne, qui reprends tes empreintes (au cas où elles aient changé entre temps), tamponne deux trois truc et te dis que tu devrais recevoir ton visa par courrier d’ici 3 jours.

Et tu rentres chez toi.

Au total, une fois rentrée chez toi complètement déchirée, tu auras passé 45 minutes à l’ambassade, dont 40 à attendre en regardant des vidéos de propagande sur la terre de toutes les possibilités.

Je remercie l’Etat Américain pour cette fabuleuse opportunité.

Le programme d’échange Episode IV – Le retour du dossier d’inscription

Le Visa n’était pas suffisant ? Ne vous inquiétez pas, vous allez encore avoir plein de choses à faire avant de enfin pouvoir souffler et vous dire « Ça, c’est fait ! ».

Comme je vous l’ai dit dans mon précédent article, en plus de la préparation de votre Visa, votre université d’accueil vous enverra un joli courrier recommandé avec le véritable dossier d’inscription, parce-que tous les documents que votre autre fac ne servent absolument à rien !

JOIE !

Dans ce courrier recommandé, vous trouverez :

  • Une lettre d’admission qui ne sert à rien du tout car pas recevable pour les demandes de bourse
  • Le maintenant célèbre DS 2019 nécessaire pour le visa
  • Une petite brochure sur la ville où vous passerez 4 mois

Mais aussi un joli un livret avec plein d’infos sur comment va se passer ton début de semestre, toutes les instructions sur comment t’inscrire ainsi que la liste des pièces à fournir.

Et des pièces à fournir, il y en a un paquet, du plus simple, comme simplement remplir certaines fiches à la fin du livret (liste de cours, fiches médicales….), au plus compliqué, comme scanner ET TRADUIRE la page « vaccinations » de son carnet de santé.

Enfin, déjà faut-il le déchiffrer, parce-que je sais pas pour vous, mais mon médecin à une écriture que l’on pourrait comparer à de l’art abstrait : Y’a que lui qui peut comprendre.

Enfin, ne vous inquiétez pas, vous pourrez toujours lui demander de déchiffrer en personne, vu que de toute façon vous devrez aller le voir pour faire un vaccin imposé par la fac.

En effet, pendant que tu galères à regrouper les documents pour ton visa ET pour ton inscription, tu dois aussi te faire vacciner.

Après les épreuves mentales, la tant redoutée épreuve physique.

Heureusement que c’est bientôt fini, hein ?

Le programme d’échange Episode III – Le Visa des ténèbres

Quand je vous ai quitté la dernière fois, je vous contais mes mésaventures avec mon dossier d’inscription.

Presque 1 mois est passé depuis et je viens de recevoir le dossier d’inscription (encore un autre, on en reparlera) de l’université à laquelle je vais aller passer  4 mois et contenant mon sésame pour obtenir mon visa d’étudiante…

ET QUEL VISA !!

Déjà il faut savoir que pour obtenir un visa pour étudier aux Etats-Unis, il faut non seulement fournir à peu près la totalité de tous les justificatifs de ta vie, ceux de tes parents, de ton chat, mais également celui de ta cousine au troisième degré dont tu ignorais l’existence.

Et leur offrir ton âme aussi.

Ils aiment bien quand tu leur donnes ton âme.

Il faut donc attendre d’avoir reçu ton dossier d’inscription contenant THE formulaire qui te permettra d’attester que tu dis pas d’la merde, vérifier qu’il y a pas d’erreurs dessus (pas comme dans le miens…) et c’est là que ça commence à être fun.

Recette pour obtenir un Visa J-1 pour les États-Unis :

  • 3 grammes de passeport
  • 1 formulaire DS-2019 fourni par ta fac aux US
  • 150€ de frais SEVIS
  • 200€ de mandat-compte pour les frais de Visa
  • 10 grammes de page de confirmation du DS-160
  • 1 gramme de photo d’identité
  • Une caisse de justificatifs pour prouver que tu existes et tu es pas un mendiant

Mélangez le tout dans une enveloppe Chronopost à votre adresse, portez le tout au chargé d’entretiens et laissez mijoter à l’ambassade des Etats-Unis pendant 3 jours.

Vous devriez obtenir un visa J-1 programme d’échange gourmand et croquant !

Et vous avez bien lu, j’ai effectivement dit l’ambassade des Etats-Unis.

Celle qui est à Paris, oui.

Car non seulement il te faut un quart de la forêt amazonienne en papiers justificatifs, mais en plus il faut aller se pointer à un entretien (obligatoire ET payant) à +500km de chez toi.

You.hou.

Le programme d’échange Episode II – Gloire aux problèmes administratifs

La dernière fois que nous nous sommes vu, je vous disais qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter.

HA HA.

J’aurais dû m’inquiéter.

La chance te sourit, la vie est belle… Et là, c’est le drame.

Tu te retrouves avec un document pas bon à faire ABSOLUMENT corriger par ta banque parce-que sinon c’est la catastrophe, évidemment.

Seul problème : tu es en cours, ta fac est à 30 minutes de route de là où tu vies, t’as pas ton permis de conduire et le dossier part LE SOIR MÊME pour les Etats-Unis.

Et pour répondre à la question que vous n’avez pas posée, il faut absolument que ce soit la banque qui refasse le papier, parce qu’à priori c’est illégal de passer un coup de Blanco pour changer une date.

Va comprendre….

Donc tu passes 1h30 au téléphone, à alterner entre la responsable des échanges de ta fac et ton père, qui doit changer son emploi du temps de l’aprèm en urgence pour rentrer à la maison et passer à la banque.

Tout cela bien sûr sans oublier le fait que, comme une cruche, tu n’as pas chargé ton téléphone la veille et qu’il ne te reste que 3% de batterie pour passer tes appels, tandis que, pile au moment où tu en as besoin, la connexion internet de ta fac décide de t’abandonner.

Achevez-moi.